H1 (1160×200)
H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

BENIN : Diocèse de Lokossa: Les Servantes de la lumière du Christ admises dans le cercle des instituts

BENIN : Diocèse de Lokossa: Les Servantes de la lumière du Christ admises dans le cercle des instituts

La congrégation des Servantes de la lumière du Christ devenue, depuis peu, institut catholique de droit diocésain a été consacrée, lundi 6 août dernier, à la cathédrale St Pierre Claver à Lokossa. La messe d’action de grâce concélébrée par trois évêques dont le président de la Conférence épiscopale du Bénin, Mgr Victor Agbanou, a été l’occasion de dévoiler l’élection de la mère supérieure, Nadine Adjagba, pour présider aux destinées du nouvel institut.

Les Servantes de la lumière du Christ, congrégation créée depuis plus de vingt-cinq ans, intègrent désormais le cercle fermé des institutions catholiques. Une étape qu’elles n’auraient pas franchie sans les sollicitudes de l’évêque de leur diocèse de Lokossa, Mgr Victor Agbanou. Le président de la Conférence épiscopale du Bénin était présent, lundi dernier à la cathédrale St Pierre Claver du diocèse, pour concélébrer avec deux autres évêques la messe de consécration de Nadine Adjagba et ses coreligionnaires, membres du nouvel institut. Ce culte, qui fait suite à une décision du Saint-Siège accordant le statut d’institut de droit diocésain à la congrégation, a été l’occasion de rappeler aux consacrées que la portée de leurs missions ne doit se limiter aux départements qui ont vu naître leur famille. « Ce que vous êtes devenues n’est pas pour les départements du Mono et du Couffo seuls, c’est pour l’Eglise universelle », a souligné particulièrement Mgr Paul Vieira, l’évêque de Djougou.

A l’instar de son homologue du diocèse de Lokossa, l’évêque Paul Vieira a prévenu également que tout ne sera pas rose sur le chemin de l’accomplissement desdites missions. « Mais point de découragement », a-t-il prié la famille des religieuses consacrées.
En réponse, la mère supérieure élue à la tête de l’institut, Nadine Adjagba, et le reste des sœurs consacrées s’engagent à ne pas décevoir les espoirs placés en elles. « Ce que nous vivons est capital », confesse la sœur supérieure répandant, toute émue, des mots bienveillants à l’endroit de tous ceux qui ont porté la création de la congrégation jusqu’à l’octroi de leur autonomie marquée par le statut d’institut.

Le Saint-Siège puis le clergé béninois et, en particulier, l’évêque du diocèse de Lokossa Mgr Victor Agbanou, ont eu droit à des mentions de reconnaissance. Saluant la mémoire du Mgr Robert Sastre, fondateur de la congrégation, alors qu’il était évêque du diocèse de Lokossa jusqu’à son admission à la félicité éternelle, Nadine Adjagba laisse entendre : « L’un a fondé, l’autre l’a porté à maturation ».

Le siège de l’institut est logé à la Cathédrale St Pierre Claver à Lokossa. Ses 117 membres vont continuer d’assister l’évêque du diocèse dans sa mission pastorale et poursuivre les activités dans les domaines tels que l’éducation, la santé et l’assistance sociale.
Il faut rappeler que c’est une partie des sœurs consacrées qui est au chevet des aveugles, amblyopes et malvoyants du Centre Siloé de Djanglanmey, dans la commune de Grand-Popo.

 

lanationbenin.info

Partager
  • 4
    Shares

Commentaires

commentaires

Related posts

Laisser un commentaire