H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Le douloureux chemin de croix de Michou

Le douloureux chemin de croix de Michou

Vendredi de Carême. Michou propriétaire de tous les #pouletsdupays de son quartier a observé la loi du jeûne. Pénitence complète : sans nourriture et sans aucune goutte d’eau, toute la journée. Il a prévu de prendre un seul repas et ce sera après le chemin de croix. C’est décidé.

Il est 12h45 quand il quitte son bureau pour aller à l’église la plus proche. Le soleil est tout haut, avec ses rayons ardents. Le travail a été intense au bureau. C’est le dernier jour ouvré de la semaine. Les clients se sont bousculés à sa porte. Et c’était sans arrêt.

Bien installé au fond de l’église, Michou tient et garde encore sa fraîcheur. Il égrène son chapelet. Il se met en condition pour revivre le chemin qu’a suivi son Sauveur pour le salut du monde.

L’officiant du jour est très ponctuel. Il est 13h à la montre de Michou. Le Chemin de croix commence. Le prêtre avance avec ses enfants de chœurs.

Première station, deuxième, puis troisième… Certaines choses commencent à monter en Michou et ses forces baissent. Il est pris en étau par la faim, la soif, la fatigue, la chaleur qui l’attendaient au tournant… Leur revanche est implacable. Michou tombe pour la première fois. Mais heureusement, rien de grave. Il se relève, en prenant le soin de s’assurer que ses voisins n’ont rien remarqué.

Surprise, à la treizième station, le prêtre commence un enseignement. Lui qui se croyait au bout de ses peines… L’abbé prêche, prêche, prêche encore. Michou tombe pour la seconde fois. « Vraiment, Monsieur l’abbé devait penser à nous qui avons jeûné », se dit-il en sursautant pour se justifier. Les voisins font semblant de n’avoir rien vu.

Le propriétaire de tous les #pouletsdupays de son quartier a pu tant bien que mal terminer la prière et a regagné son bureau pour continuer le travail. Avec la marche et la compagnie de ses collègues, il a retrouvé un second souffle.

A la descente, il rentre tranquillement à la maison et rejoint sa chambre pour se reposer. Et là, Michou s’est généreusement enseveli dans les bras de Morphée. Mais un bruit particulier s’échappait de sa chambre et amusait ses enfants. #Bilaye_woor_yomboul !

Bizarrement, il est des fois où le sommeil joue des tours désagréables à la mémoire humaine. En effet, Michou se réveilla tout d’un coup pour se diriger directement vers son poulailler armé d’un couteau.

« Papa, papa, ahosi i vendredi », lui cria son garçon.

Et Michou tombe pour la troisième fois. Ce n’est pas encore samedi. Mais ce cri « angélique » a été salutaire pour lui. Il se relève, se ravise et range son couteau.

Un #pouletdupays en sursis…

Partager

Commentaires

commentaires

Related posts