H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Fête de Marie Mère de l’Eglise

NOUVELLE MEMOIRE LITURGIQUE DE MARIE, MERE DE L’EGLISE

Frères et soeurs,

Cette année, le pèlerinage marial de Popenguine qui a pour thème : « ô Marie, aide-nous à dire oui au Seigneur », revêt un cachet particulier. En effet, nous en sommes à la 130ème édition que nous voulons placer sous le signe d’un jubilé. Nous rendons grâce au Seigneur qui nous donne de célébrer Marie notre Mère au lendemain de la Pentecôte depuis près d’un siècle et demi. Ce que nous magnifions par la belle composition du célèbre Julien JOUGA que nous Confions à la Miséricorde infinie du Père éternel : « Mariama mu sella mi di xeek bu sella bi, boo ñu soopuloon Marie kenn dou fi ñeuw di la ñaan. Temer i at angui ñu sukkeu fi di ñaan ».

De plus, notre action de grâce est d’autant plus grande que, cette année, sa Sainteté, le Pape François a eu la lumineuse inspiration de placer la nouvelle fête de Marie, Mère de l’Eglise, au lendemain de la Pentecôte. Heureuse coïncidence ! De fait, cela vient nous confirmer et nous conforter dans cette piété Mariale qui nous fait nous retrouver depuis plus d’un siècle aux pieds de Notre Dame de la Délivrande au jour même choisi par le Pape pour fêter Marie, Mère de l’Eglise.

Ainsi, tel que signifié dans le décret, « Cette célébration nous aidera à nous rappeler que la vie chrétienne, pour croître, doit être ancrée au mystère de la Croix, à l’oblation du Christ dans le banquet eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés. » Ce sont, en effet, ces trois grandes réalités qui doivent marquer la vie de tout disciple ou en constituer l’ancrage. Aussi, cette appellation de Marie, Mère de l’Eglise est inspirée de l’Evangile de Jean (19, 25), où elle « accepta le testament d’amour de son Fils et accueillit tous les hommes, personnifiés par le disciple bien-aimé, comme les enfants qui doivent renaître à la vie divine, devenant ainsi la tendre mère de l’Eglise que le Christ a générée sur la croix, quand il rendait l’Esprit. A son tour, dans le disciple bien-aimé, le Christ choisit tous les disciples comme vicaire de son amour envers la Mère, la leur confiant afin qu’ils l’accueillent avec affection filiale. »

En outre, le souverain pontife, comme l’affirme le décret, espère que cette mémoire favorisera « la croissance du sens maternel de l’Eglise et une vraie piété mariale ». Ainsi, la visée, comme le stipule Lumen Gentium en son numéro 64, c’est que « l’Eglise, qui contemple la sainteté mystérieuse et imite la charité de Marie, l’Eglise, qui accomplit fidèlement la volonté du Père, devient mère, elle aussi, par l’accueil plein de foi qu’elle offre au verbe de Dieu.

Car, par la prédication et le baptême, elle engendre à la vie nouvelle et immortelle des fi ls conçus du Saint-Esprit nés de Dieu. Elle est aussi la vierge qui maintient intègre et pure foi qu’elle a donnée à l’époux. A l’imitation de la Mère de son Seigneur, elle conserve d’une façon virginale, par la vertu de l’Esprit-Saint, une foi intacte, une espérance ferme et une charité sincère. »  Pour mieux vivre cette mémoire ou fête de Marie, Mère de l’Eglise, contemplons-la, Mère aimante et éducatrice qui nous est donnée en modèle. Le saint Pape Jean-Paul II qui a visité notre pays, nous laissait ce testament : « je vous exhorte à contempler Marie et à l’imiter. Comme elle, accueillez la Parole de Dieu et méditez-la dans votre cœur. Soyez responsables et généreuses pour réussir votre vie. Comme Marie ayez le souci des autres. (…) Contemplez Marie, vous qui formez la sensibilité, l’intelligence et le cœur de vos enfants. »

Que Marie, Notre Dame de la Délivrande, Mère de l’Eglise, continue à être une Mère pour tous et veille aux besoins de notre Eglise du Sénégal et de tous ses enfants pour la gloire de Dieu et le salut de l’humanité. Amen !

Abbé Louis Samba DIOUF

Vicaire à la paroisse Sainte Thérèse de Grand Dakar

Partager
  • 6
    Shares

Commentaires

commentaires

Related posts