H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

L’#Opus_Dei n’est pas une société secrète

L’#Opus_Dei n’est pas une société secrète

De nos jours, on reproche encore à l’Opus Dei d’être une société secrète ou une « sainte Mafia » ou encore de recruter ses membres parmi l’élite de la société afin de mieux propager les valeurs catholiques. Mais qu’en est-il exactement? Quelques éléments d’information sur cette organisation catholique présente au Sénégal.

La « Prélature de la Sainte Croix et Opus Dei », selon sa dénomination officielle, est une institution catholique fondée en Espagne en 1928 par l’abbé Josémaria Escrivá de Balaguer (1902-1975).

Tout est parti d’une vision. Le 2 octobre 1928, en retraite spirituelle dans un monastère à Madrid, Josémaria Escriva de Balaguer a une vision qui lui demande de fonder l’Opus Dei (l’œuvre de Dieu), une forme de vie qui permettrait aux Catholiques laïcs de se rapprocher de Dieu un peu plus chaque jour. « Sanctifiez votre travail, sanctifiez-vous dans celui-ci et sanctifiez les autres par votre labeur », écrit-il plus tard dans un recueil de pensées intitulé « Chemin », publié en 1939.

Il intègre uniquement des hommes dans un premier temps. Une seconde vision l’amènera à accepter par la suite des femmes en 1930.

En 1950, le Pape Pie XII donne son approbation personnelle à l’Opus Dei. En 1982, le Pape Jean-Paul II lui donne le statut de prélature personnelle. Ainsi les membres sont sous l’autorité du prélat de l’institution en ce qui concerne leur mission pastorale spécifique et sous celle de leur évêque en ce qui touche tous les catholiques de leurs diocèses.

Le fondateur de l’Opus Dei a été canonisé en 2002, soit 27 ans seulement après sa mort.

La mission de l’Opus Dei

Avec plusieurs dizaines de milliers de membres à travers le monde, l’Opus Dei se donne comme mission « d’encourager les hommes et les femmes de toute condition à mener une vie pleinement cohérente avec la foi, dans les circonstances ordinaires de leur existence, tout en contribuant à
l’évangélisation des femmes et des hommes d’aujourd’hui ».

Elle entend servir l’Église et la société en suscitant la sainteté et l’engagement apostolique personnel des fidèles chrétiens, en les aidant à découvrir et assumer les exigences de leur vocation baptismale, dans leur vie quotidienne.

« C’est au milieu des choses les plus matérielles de la terre que nous devons nous sanctifier, en servant Dieu et les hommes », disait saint Josémaria. La famille, le mariage, le travail, l’occupation de chaque instant sont des occasions habituelles de fréquenter et d’imiter Jésus-Christ, en s’efforçant de pratiquer la charité, la patience, l’humilité, l’effort dans le travail, la justice, la joie, et en général, toutes les vertus humaines et chrétiennes.

Ses membres

Majoritairement des laïcs, les membres de l’Opus Dei sont des hommes et des femmes ordinaires qui ressentent une aspiration vers la sainteté et souhaitent imprégner chacun des aspects de leur vie de spiritualité. Ils voient dans le travail un chemin vers la sanctification et une opportunité de mettre en pratique leurs valeurs chrétiennes. Ils sont issus de toutes les catégories socioprofessionnelles et développent donc une véritable mystique du travail.

Signalons également qu’un membre de l’Opus Dei n’est pas déraciné de son église locale car chaque personne incorporée à la prélature demeure en même temps un fidèle de la paroisse et du diocèse dans lesquels il a son domicile, au même titre que les autres baptisés.

Son organisation

Les membres de l’Opus Dei sont organisées en plusieurs catégories.

Les supernuméraires, qui représentent la plus grande partie des membres dans le monde, sont des hommes et des femmes mariés avec des vies professionnelles. Ils contribuent financièrement à l’institution, consacrent une partie de leur journée à la prière, se présentent à des rencontres régulières et prêtent généralement assistance à l’organisation dans la mesure du possible.

Les numéraires, des hommes et des femmes qui s’engageant au célibat et qui vivent dans des centres gérés par l’Opus Dei. Ils ont une carrière à l’extérieur du centre mais remettent l’essentiel de leurs revenus à l’organisation.

Le clergé et le personnel travaillant dans les centres composent le reste de l’organisation.

On retrouve, enfin, les coopérateurs de l’Opus Dei qui sont des hommes et des femmes qui, sans faire partie de la
prélature de l’Opus Dei, se joignent à ses fidèles pour réaliser des activités éducatives, d’assistance, de promotion culturelle et sociale, etc. Parmi eux, des non-catholiques (protestants, orthodoxes, anglicans…), des non-chrétiens (juifs, musulmans, bouddhistes, etc.), des hommes et des femmes non-croyants, ou ne professant aucune religion.

Présence à Dakar

En Afrique, l’Opus Dei compte près de 2.000 membres. Elle est présente au Sénégal à travers l’Association des Amis de Saint Josémaria, reconnu par l’archidiocèse de Dakar. Ces derniers se retrouvent tous les 3émes samedis du mois pour une récollection dans l’oratoire du collège sacré cœur de Dakar.

Pour les contacter à Dakar : 77 326 38 68.

Partager
  • 7
    Shares

Commentaires

commentaires

Related posts