H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Messe : Au moment de l’élévation de l’hostie, d’importantes grâces sont accordées aux fidèles!

Messe : Au moment de l’élévation de l’hostie, d’importantes grâces sont accordées aux fidèles!

Selon le Pape Saint Pie X, lors de l’élévation de la grande hostie et du calice par le prêtre, après la consécration, le Seigneur accorde d’importantes grâces aux fidèles qui le demandent avec foi et amour. On sait également que de nombreux fidèles ont été grandement bouleversés lorsque Padre Prio faisait le rite de l‘élévation pendant la messe, avec ferveur en prenant tout son temps. Malheureusement, de nombreux prêtres et fidèles escamotent ce rite. Voici comment ne pas « rater l’instant d’un merveilleux échanges de regards », entre le crucifié par amour et l’homme qu’il veut sauver.

Le Seigneur est passé par les fidèles pour instituer le rite de l’élévation à la messe. Ce sont eux qui ont demandé aux prêtres, qui célébraient dos au peuple, de voir le corps du Christ et de pouvoir garder les yeux fixés sur lui en guise de profession de foi. Provoquant ainsi l’apparition du rite de l’élévation de l’hostie et du calice après la consécration dans la période de la fin du 12ème et le début du 13ème siècle. Les évêques ont alors encouragé les prêtres à lever l’hostie après la consécration et c’est ainsi que petit à petit le rite s’est répandu dans toute l’Eglise.

L’élévation du pain et du vin consacrés a donc pour but d’offrir au regard des fidèles le Corps et le Sang du Christ, pour l’accueillir dans la foi et l’adorer. Ils doivent, par conséquent, prendre, d’abord, le temps de regarder Jésus réellement présent et de se laisser regarder par lui avant de se prosterner ou de s’incliner, ensuite. L’élévation devient alors un intense moment d’amour et de communion. Un moment riche de grâces et de bénédictions où le Christ s’offre en sacrifice au Père pour le salut du monde.

« Que personne ne mange cette chair sans d’abord l’adorer ; nous pécherions si nous ne l’adorions pas », disait saint Augustin.

Il faut noter, toutefois, que pour être profitable à tous, le rite de l’élévation doit être réalisé par le prêtre sans précipitation et avec ferveur. Il doit le prolonger suffisamment pour laisser aux fidèles le temps de reconnaître, d’adorer, mais aussi de se laisser regarder par Jésus.

Pour finir, les sonneries qui accompagnent le rite de l’élévation ont pour but d’attirer l’attention des fidèles sur cet instant merveilleux, (et au besoin de réveiller ceux d’entre eux qui ont choisi de faire de l’église un grand dortoir)

Partager
  • 1
    Share

Commentaires

commentaires

Related posts