H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Mgr Benjamin Ndiaye : « Des appétits de richesses ne sauraient justifier les sacrifices rituels »

Mgr Benjamin Ndiaye : « Des appétits de richesses ne sauraient justifier les sacrifices rituels »

Dimanche 18 mars, s’est déroulée à Mbodiène, dans le diocèse de Dakar, la 33e édition des Journées mondiales de la jeunesse JMJ. À cette occasion, devant plus de 20 000 jeunes Mgr Benjamin Ndiaye, archevêque de Dakar, a dénoncé les sacrifices rituels, une pratique dont la recrudescence inquiète dans plusieurs pays africains.

La 33e édition des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) du diocèse de Dakar s’est déroulée dimanche 18 mars 2018 à la paroisse Saint-Benoît-l’Africain de Mbodiène, dans la région de Thiès (Ouest).

Pour cette rencontre, le thème « Sois sans crainte, Marie car tu as trouvé grâce auprès de Dieu », a été choisi, « pour raviver la foi auprès des jeunes ».

Dans son homélie, l’archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye, a dénoncé les rapts d’enfants et les sacrifices rituels qui font les gros titres des médias sénégalais depuis quelques semaines.

De nombreux enlèvements et assassinat d’enfants ont été, en effet enregistrés dans le pays depuis quelques semaines. Ces pratiques sont liées à la croyance que de tels sacrifices ont la capacité de rendre riches, célèbres et puissants ceux qui y ont recours.

« Ne répandez pas de sang innocent »

L’archevêque de Dakar a estimé que l’appel de Jérémie, « ne répandez pas de sang innocent », est « plus qu’actuel ». « La prophétie de Jérémie interdisait l’exploitation de l’émigré, l’orphelin et la veuve, a-t-il déclaré. Quand je pense aux rapts d’enfants, aux sacrifices rituels, j’ai l’impression que ces paroles prophétiques nous sont directement adressées à nous aujourd’hui. » En outre, l’archevêque de Dakar s’est dit convaincu « qu’aucune ambition politique », « des appétits de richesses ou d’autres motifs » ne peuvent « justifier qu’on s’en prenne à la vie de personnes innocentes, à leur dignité ».

Dans la même veine, Mgr Ndiaye a déploré la recrudescence des accidents de la circulation et estimé qu’ils sont souvent liés à « l’indiscipline, au manque de civisme et de savoir-vivre » de certains Sénégalais. Il a suggéré, par ailleurs, dans le cadre du passage du permis de conduire, un « examen de savoir-vivre », dans le souci de voir une conversion des cœurs et des mentalités.

Prendre exemple sur Marie

Auparavant, l’archevêque de Dakar a exhorté les 20 000 jeunes qui participaient à cette rencontre religieuse à copier l’exemple de Marie, dans l’engagement de tous les jours. « Comme Marie, la jeune fille de Nazareth, nous avons le droit et même le devoir de nous poser des questions lorsque Dieu nous appelle, au nom de notre humanité et de notre identité chrétienne, à nous engager. » Pour un meilleur discernement, Mgr Ndiaye a préconisé « l’identification des doutes et des peurs, des angoisses et des blocages mais aussi des illusions et des déviances par une écoute attentive et accueillante de la parole de Dieu par la prière, la réflexion au dialogue ».

Charles Senghor (à Dakar)
Partager

Commentaires

commentaires

Related posts