H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Peut-on divorcer d’un mariage civil pour épouser une personne catholique libre à l’Église?

La réponse est “Non” et voici pourquoi.

L’Église reconnaît comme valide un mariage civil entre non-baptisés, tout comme elle reconnaît la validité d’un mariage entre chrétiens d’autres confessions. Mais seul le mariage valide entre deux baptisés est considéré par l’Église comme sacrement.

Le canon 1055 §2 stipule, en effet : “(C’est pourquoi), entre baptisés, il ne peut exister de contrat matrimonial valide qui ne soit, par le fait même, un sacrement”.

Ainsi, deux non baptisés mariés selon la forme légale ou coutumière, le sont de façon valide et donc indissoluble au regard de l’Eglise. Si ces personnes divorcent plus tard et que l’une des deux veuille épouser une personne catholique libre, elle ne le pourra pas.

Car celui qui est tenu par un lien antérieur c’est-à-dire qui est déjà marié, à l’église ou pas, ne pourra se marier que si le premier mariage a été officiellement dissous ou si sa nullité est déclarée par un tribunal ecclésiastique compétent pour ce qui est du mariage chrétien. En dehors de ce cas, pour qu’un nouveau mariage soit célébré il faut qu’il soit établi que son conjoint est décédé.

L’indissolubilité du mariage relève de l’état naturel du mariage depuis l’origine. Elle ne relève pas d’abord du sacrement. Le mariage sacramentel est d’autant plus indissoluble que le mariage naturel est déjà indissoluble selon le Créateur dès l’origine (cf Gn 2, 24 repris dans Mt 19, 5).

L’indissolubilité du mariage n’est donc pas d’abord une discipline sacramentelle. C’est une discipline naturelle, selon la loi du Créateur, de sorte que le mariage naturel – fondement indispensable du mariage sacramentel – a une valeur authentique.

Dans tous les cas, le canon 1060 rappelle que : “Le mariage jouit de la faveur du droit ; c’est pourquoi, en cas de doute, il faut tenir le mariage pour valide, jusqu’à preuve du contraire”.

Partager

Commentaires

commentaires

Related posts