H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

RDC: Thérèse, aspirante , a perdu la vie, en voulant sauver celle d’une fillette

RDC: Thérèse, aspirante , a perdu la vie, en voulant sauver celle d’une fillette

Le 21 janvier à Kinsahsa, Thérèse Deshade Kapangala, jeune aspirante à la vie religieuse est morte criblée de balles lors d’une marche de laïcs contre le pouvoir. Elle tentait de sauver la vie d’une petite fille.

Le père Joseph Musubao, prêtre congolais vicaire dominical à la paroisse Saint-François de Sale de Kintambo, une commune du nord-ouest de Kinshasa, est l’oncle maternel de Thérèse Deshade Kapangala, jeune aspirante tuée dimanche 21 janvier, lors d’une marche de catholiques contre le pouvoir de Joseph Kabila.

Dimanche 21 janvier, le père Joseph Musubao, professeur de philosophie au grand séminaire de Kintambo accepte de présider la messe à la paroisse Saint-François de Sale où il est vicaire dominical. Le curé, le père Aimé Lusamu, menacé de mort depuis plusieurs jours, a été obligé de se faire discret tout au long de cette journée de manifestation pour préserver sa vie.

« Après la messe, j’ai décidé avec les prêtres présents, d’accompagner la marche des laïcs. Mais nous nous sommes heurtés dès notre sortie à une brutale répression, raconte le père Musubao. Nous sommes retournés dans la paroisse en prenant soin de fermer la grille. Mais cela n’a pas empêché aux forces de l’ordre de tirer à l’intérieur. Ma nièce a perdu la vie, en voulant sauver celle d’une fillette. »

Thérèse était connue pour son engagement dans sa paroisse. Membre de la chorale et de la Légion de Marie, elle aimait particulièrement réciter son rosaire à la grotte. « Elle regrettait même de ne s’appeler Marie ! » sourit le père Musubao.

Titulaire d’un diplôme d’État en haute couture, la jeune femme de 24 ans devait entrer au postulat chez les sœurs de la Sainte Famille.

« Elle comptait les jours qui la séparaient de l’entrée au couvent, témoigne encore son oncle. En apprenant la nouvelle de la mort de leur aspirante, les sœurs de la Sainte Famille étaient extrêmement peinées, elle était très appréciée là-bas ».

Stanilas Kapangala, jeune frère de Thérèse, ne cache pas sa révolte. « C’est un martyr, elle est morte pour notre pays. Elle a été abattue alors qu’elle n’a commis aucun crime, dénonce-t-il. Elle est morte dans sa paroisse. C’était une personne douce, qui aimait s’occuper de tout dans la maison. C’était notre petite maman, restait toujours joyeuse », ajoute encore Stanislas.

africa.la-croix.com

Partager

Commentaires

commentaires

Related posts