H1 (1160×200)
H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Mgr Benjamin Ndiaye à la CSS: «Par ce don, vous contribuez au dialogue inter-religieux»

Mgr Benjamin Ndiaye à la CSS: «Par ce don, vous contribuez au dialogue inter-religieux»

C’est devenu une tradition à la Compagnie sucrière sénégalais (CSS). A la veille de chaque fête, l’entreprise apporte son soutien à l’ensemble des foyers religieux du Sénégal. A quelques jours de la célébration de la Pâques, la Compagnie sucrière sénégalaise a tenu à accompagner la communauté catholique. Cinq (5) tonnes de sucres ont été remises à l’archevêque de Dakar, Monseigneur Benjamin Ndiaye, en guise d’appui pour le «soukaru Ngalakh».

Une cérémonie de remise symbolique a été organisée, jeudi 11 avril 2019, à la Résidence «Les Badamiers», en présence de l’archevêque lui-même et des responsables de la CSS.

Un geste hautement salué par Mgr Benjamin Ndiaye, qui s’adressant à la délégation de la CSS déclare : «Vous contribuez par ce don du sucre au dialogue inter religieux parce que vous permettez de faire ce fameux ngalakh que tout le monde affectionne et qui nous permet de partager entre chrétiens et musulmans. Ce dialogue islamo-chrétien, je dirai même cette fraternité, est magnifique et prend plusieurs formes», indique l’archevêque.

Il a également remercié la CSS en ces termes : «Merci de vous associez à ce temps de carême qui aboutit pour les chrétiens à la fête la plus importante, la Pâques. Merci pour votre fidélité à être généreux vis à vis de la communauté catholique», a exprimé l’archevêque de Dakar.

Un appel pour un soutien à la production locale

Formulant des prières pour la CSS, Mgr Benjamin Ndiaye a aussi invité « tous les bénéficiaires et tous ceux qui pourront hériter de cette générosité à aussi élever leurs prières en faveur de la Compagnie, de tous ses employés, de manière à ce que cette entreprise qui emploie du personnel sénégalais, puisse s’épanouir et nous donner pleine satisfaction à nos besoins».

Dans cette lancée, l’archevêque de Dakar n’a pas manqué de lancer un appel pour un soutien à la production locale. A ce propos, il a demandé à ce que «nous privilégions ce que nous produisons ».

«Ce que nous importons nous coûte plus cher, parce qu’on ne valorise pas nos produits locaux. Donc ce qui doit être prioritaire, c’est la valorisation de nos produits locaux», a-t-il expliqué.

«On ne le dit pas seulement pour la CSS, on le dit pour ce qui concerne des produits comme le riz etc. Donc cela me parait important de pouvoir, un peu, par sentiment national, soutenir cette production locale qui doit être privilégiée dans le commerce local », a-t-il conclu.

Antoine Mendy – FidesPost

Partager
  • 5
    Shares

Related posts