H1 (1160×200)
H1 (1160×200)
H1 (1160×200)

Quel est le rôle des femmes dans l’Église catholique ?

Quel est le rôle des femmes dans l’Église catholique ?

Moins d’un mois après son élection au pontificat, le pape François évoquait lors de l’audience générale du 3 avril 2013, le rôle « primordial, fondamental » des femmes dans l’annonce de la foi, en tant que « premiers témoins de la Résurrection. » Et depuis, au sommet de l’Église catholique, des nominations de femmes à certains postes clés au Saint-Siège ont été plusieurs fois observées. Une étape qui semble décisive à en croire le père Federico Lombardi, ex porte-parole du Vatican : « C’est une étape naturelle. On s’oriente vers davantage de femmes nommées à des rôles clés pour lesquels elles sont qualifiées. » Cette nouvelle démarche est donc à saluer et à encourager.

Car, il faut reconnaître que l’Église catholique a connu des difficultés dans sa relation aux femmes. Des difficultés qui semblent d’ailleurs persister avec des conséquences observables dans plusieurs parties du monde.

Une telle situation tient sûrement, en partie, aux pratiques sociales quand on considère tous ces us et coutumes qui ont fini de s’installer dans le cœur des fidèles catholiques et de s’immiscer dans la tradition ecclésiale. Prenons juste un exemple : l’obligation pour les femmes de s’habiller en noir ou blanc pour observer le deuil, une pratique qui peine à trouver une base évangélique.

Mais la question du rôle de la femme dans l’Église est aujourd’hui presque synonyme d’une position militante caractérisée par des revendications portant sur l’accès aux femmes au sacerdoce, l’épiscopat ou à la prédication. Pour beaucoup, l’Église catholique serait encore misogyne ou aurait beaucoup de « problèmes » avec les femmes.

Pourtant, l’Évangile ouvre des chemins de liberté pour les femmes. Chez Jésus, il n’y a pas de prescription sur le rôle des femmes. Il se démarque radicalement des pratiques de son époque. Par exemple, il s’inscrit notamment en faux par rapport à la pratique de la répudiation, comme n’étant pas respectueuse de la dignité de la femme. Il manifeste également une étonnante liberté dans ses relations aux femmes : il est ami avec Marthe et avec Marie, il approche la femme pécheresse et lui redonne sa dignité.

Parlant de la création de l’humain par Dieu, la Bible affirme qu’il « les créa homme et femme » et non l’homme avant la femme. Le Créateur a voulu ainsi introduire une polarité homme-femme pour manifester leur égalité ainsi que leur complémentarité afin de rendre possible la rencontre et la relation.

Le combat pour humaniser nos institutions ecclésiales est certes louable, mais il est nécessaire de continuer à privilégier et à maintenir vivante cette bipolarité pour le bien de l’homme et de la société à rendre plus humaine et aussi de rendre plus vivante nos communautés ecclésiales et porter ensemble le défi de l’évangélisation.

C’est dans le jeu des relations que l’homme et la femme trouvent leurs rôles irremplaçables.

 

Abbé Roger Gomis – La Croix Africa

Partager

Related posts